Mustapha Benfodil
Alger, journal intense
Collection : Prière de ne pas toucher les étoiles
256 pages
32 illustrations noir et blanc
format 24 x 16 cm
22.00 €
ISBN 978-2-86589-119-1
1re édition : 2019
Auteur :
Mustapha Benfodil
facebook Partager sur Facebook

« Un Algérien, c’est quelqu’un qui est arrivé jusqu’à la lune et l’a trouvée fermée. »

À la croisée de plusieurs genres, ce roman-radiographie de l’Algérie contemporaine relève le pari de recréer le chaos de l’Algérie des années 1990 par l’expérimentation formelle : le texte est mots, ratures, photos, pages arrachées, papiers d’emballage, dessins… fragments, fracas, convulsions.

Karim Fatimi, astrophysicien de renom, meurt sur la route de Bologhine près de la « Maison hantée ». Mounia, sa femme, dévastée, entame alors un journal pour exorciser son chagrin. En parallèle, guidée par un étrange voyeurisme, elle décide de se plonger dans les innombrables écrits de toutes sortes accumulés par son mari. Le lecteur passe d’une narration à l’autre, reformant alors le puzzle de l’univers tourmenté de Karim Fatimi, écrivain écorché vif, mais aussi époux, père, fils, frère, amant en découvrant chaque moment clé de sa vie : Octobre 1988, la décennie noire, la naissance de leur fille ou encore ce mystérieux 28 novembre 1994...

Le livre est comme un corps, vivant, palpitant, à l’image du corps de Mounia sur lequel écrit le narrateur. Dans une langue ludique et généreuse, Mustapha Benfodil livre le lecteur aux mains d’un destin à l’humour parfois rose, parfois noir.

« ... je ne peux concevoir l’écriture autrement que comme un puzzle dont les pièces sont éparpillées dans toutes les régions de la vie, du corps et du logos. Dans cette tâche, je dirais que mes plus belles pépites restent encore les perles du quotidien. »

Mustapha Benfodil (1968) est reporter au quotidien algérien El Watan et l’auteur d’une œuvre protéiforme : nouvelles, poèmes, pièces de théâtre. Il a publié trois autres romans aux éditions barzakh : Zarta ! (2000) ; Les Bavardages du Seul (2004) ; Archéologie du chaos (amoureux) (2007). En 2018, il a publié Cocktail Kafkaïne (poésie noire) chez Hesterglock Press.

Crédit photographie couverture : Nassim Zedmia