Éléonore Challine
Une histoire contrariée. Le musée de photographie en France (1839-1945)
Collection : Transbordeur
536 pages
bibliographie, index
149 illustrations noir et blanc
format 24 x 16 cm
33.00 €
ISBN 978-2-86589-096-5
ISSN 2557-468X
1re édition : 2017
Auteur :
Éléonore Challine
facebook Partager sur Facebook

Depuis la divulgation du procédé en 1839 jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, nombre d’amateurs ou de professionnels militent pour la création d’un musée de photographie. On conserve la trace de multiples projets, d’ampleurs variées qui, s’ils n’ont pas abouti, sont les lieux de cristallisation des espoirs très vite associés à la photographie. L’histoire jusqu’alors mal connue de ces divers projets est traversée par une hésitation fondamentale, liée au statut ambivalent de l’image photographique : devait-on créer un musée des photographies, pensé selon le modèle d’un musée des copies et reproductions photographiques, ou un musée pour la photographie, son histoire, sa technique, son caractère artistique ?

Éléonore Challine retrace ce lent et délicat processus de légitimation du nouveau médium au sein de la sphère institutionnelle française. Cette histoire est animée par des personnalités singulières, toutes convaincues de la nécessité de préserver la photographie et de lui donner un lieu, tels Louis Cyrus Macaire, Léon Vidal, Louis Chéronnet, Raymond Lécuyer ou encore Gabriel Cromer, dont la fabuleuse collection partit pour les États-Unis en novembre 1939 sur l’un des derniers paquebots américains quittant la France, laissant le goût amer d’une perte irrémédiable. Une galerie de portraits de ces figures oubliées s’imposait pour redonner vie et épaisseur à ce milieu qui œuvre pour le musée, excédant le strict monde « photographique ».

Conçu sous la forme d’une vaste et minutieuse enquête, à la recherche d’archives et de traces écrites ou visuelles inédites de ces projets, cet ouvrage se déroule, tel un drame bourgeois, en cinq actes. Quatre actes pour en narrer l’histoire contrariée des années 1840 jusqu’aux années 1930, puis un dernier acte sur l’histoire contournée cette fois-ci, étudiant d’une part les formes éphémères du musée photographique que sont les expositions rétrospectives et, d’autre part, ses formes portatives comme le livre. 

Née en 1983, agrégée d’histoire et ancienne élève de la rue d’Ulm, Éléonore Challine est maître de conférences en histoire de la photographie à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne. Une histoire contrariée. Le musée de photographie en France (1839-1945) est son premier livre.

Prix du musée d’Orsay
La thèse à l’origine de cet ouvrage a remporté le prestigieux Prix du musée d’Orsay 2014 qui, outre une reconnaissance institutionnelle et intellectuelle, est doté d’une subvention destinée à la publication. Le texte a fait l’objet d’un important travail de réécriture de la part de l’auteur. Depuis la reprise des éditions Macula en 2010, c’est la première fois que nous publions la thèse d’une jeune chercheuse en histoire de l’art, signe d’un désir plus global d’accompagner la recherche d’aujourd’hui.

Nouvelle collection Transbordeur
Cet ouvrage inaugurera une nouvelle collection dirigée par Olivier Lugon et Christian Joschke, pensée en écho au travail entrepris au sein de la revue Transbordeur, dont le numéro 1 a paru en février dernier. Chaque livre de la collection sera un complément, un approfondissement, un zoom sur une thématique particulière ou un aspect de la photographie envisagée dans sa matérialité et dans son contexte socio-historique. Ainsi Éléonore Challine figurait au nombre des contributeurs de ce numéro inaugural de Transbordeur avec un article sur l’histoire du Musée des photographies documentaires (1894-1907).